Navigation – Plan du site

La revue

Son histoire et ses objectifs

La naissance de la revue Arzanà, fondée par Claude Perrus en 1992, est indissociable de la création, au sein de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, du centre d’études et de recherches sur la littérature italienne du Moyen Âge (CERLIM). L’ambition première de ce dernier était et est encore aujourd’hui de promouvoir et de fédérer les recherches conduites en France par les italianistes spécialisés en études médiévales, tout en favorisant et développant les relations avec leurs homologues étrangers s’intéressant aux mêmes questions. Il est unique en son genre en France.

De la littérature stricto sensu qui était l’objet des recherches initiales, les champs d’investigation et de réflexion se sont progressivement élargis à l’histoire culturelle, à l’histoire religieuse, à la culture visuelle. Des programmes thématiques pluriannuels, articulés autour de problématiques à la fois souples et explicites, assurent la cohérence et la continuité du travail collectif, mené tant par de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) que par des chercheurs confirmés, soucieux d’explorer des champs scientifiques nouveaux, aussi bien en ce qui concerne les objets examinés qu’en matière d’attendus théoriques.

La revue s’est toujours voulue l’expression de cette ambition multiforme en publiant des numéros thématiques (au nombre de dix-sept dans le format papier) issus des travaux menés dans le cadre des séminaires du centre et systématiquement enrichis par les apports extérieurs.

La nouvelle formule qui lui fait suite et est présentée ici entend s’inscrire dans le sillage de cette déjà longue histoire et en conserver le meilleur, à commencer par l’esprit fédérateur, ouvert à l’ensemble des objets possibles relevant de ses champs de compétences comme à la pluralité des approches méthodologiques.

En même temps, son changement de statut a amené Arzanà à repréciser ses objectifs et son fonctionnement.

En ce qui concerne le premier point, la nouveauté principale consistera à faire alterner deux types de livraisons. De périodicité annuelle, la revue publiera tous les deux ans un numéro thématique (à titre d’exemple, les prochaines publications de ce type porteront sur « Les langages du corps », sur « La description » et sur « Le silence »). Ces numéros seront constitués exclusivement de résultats de première main (validés selon les procédures précisées ci-dessous), correspondant aux sujets programmés. Le thème retenu à chaque fois sera objet de publicité, tant ouverte que ciblée, et seront examinées systématiquement les propositions parvenues par voie de soumission. Ces numéros accueilleront donc toujours une large majorité de contributions venant d’horizons variés.

Les livraisons intermédiaires seront quant à elles réservées à des varia, pour lesquels, sans que soient exclues a priori les productions de chercheurs confirmés, seront privilégiées les propositions de jeunes chercheurs, notamment étrangers, en quête de premières reconnaissances internationales de leurs travaux. Ces contributions de fond, proposées par voie de soumission, examinées comme précisé ci-dessous, seront suivies d’une section consacrée à l’actualité de la production scientifique dans le domaine des études médiévales italiennes. Cette section accueillera le cas échéant les résumés des thèses qui lui paraîtront dignes d’attention. Mais la veille scientifique concernera aussi et surtout la production éditoriale et se traduira en recensions et comptes rendus.

Arzanà sera publiée en accès libre. Les langues de rédaction seront le français et l’italien.

L’objectif de la revue étant de diffuser les fruits de la meilleure recherche scientifique dans le domaine bien circonscrit des études médiévales, le public visé est en premier lieu celui de la communauté scientifique nationale et internationale concernée par ces questions. Mais, dans une perspective de transmission plus large, la revue est susceptible de s’adresser également à un public plus ample, potentiellement intéressé par les problématiques diversifiées portées par Arzanà.

Fonctionnement éditorial

Chaque numéro est coordonné par une équipe comprenant le/la directeur/trice de la publication, le/la rédacteur/trice en chef, de deux secrétaires de rédaction (un/e pour chacune des deux langues de rédaction) chargés de la mise en forme des contributions.

Cette équipe est assistée d’un comité de rédaction composé d’une dizaine de spécialistes des sujets abordés. Il est chargé des relectures, des éventuelles traductions, et il est garant de la qualité rédactionnelle des contributions.

Ce comité de rédaction valide également en amont le choix des thèmes retenus.

Un comité scientifique, composé actuellement de dix-sept membres, spécialistes internationalement reconnus des grands domaines couverts par la revue, majoritairement étrangers, est lui aussi consulté pour le choix des thématiques. Il est également sollicité pour la désignation des experts chargés de l’évaluation des contributions et soumissions (l’un des deux experts peut être désigné en son sein). Il est garant de la notoriété internationale de la revue, de son inscription pleine et entière dans la communauté scientifique.

L’évaluation des textes se fait selon la procédure dite « en double aveugle » (anonymisation des auteurs des textes comme des évaluateurs).

Les critères d’évaluation sont précisés dans un document spécifique. En cas d’accord des deux évaluateurs, le texte est soit refusé, soit accepté pour publication (avec éventuelle requête de modifications mineures ou plus importantes, nécessitant dans ce cas une deuxième lecture par les évaluateurs). En cas de désaccord entre évaluateurs, le comité sollicitera l’avis d’un nouvel expert avant de prendre sa décision.

N.-B. Selon les règles en vigueur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, aux Comités propres à chaque revue liée à l’Université, s’ajoute la Commission des publications des PSN (Presses Sorbonne Nouvelle), appelée à se prononcer sur la qualité scientifique des volumes qui lui sont soumis avant publication.

Les auteurs sont tenus enfin de respecter normes éditoriales et feuille de style qui leur seront communiquées (le non respect pouvant entraîner le rejet des contributions).

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org