Navigation – Plan du site

La voie rhétorique vers le corps : narratio, descriptio, gestus et transumptio dans la Rota Veneris de Boncompagno da Signa

Philippe Guérin

Résumés

L’article s’attache à un petit texte de jeunesse (1194-1195) de Boncompagno da Signa, professeur de rhétorique toscan enseignant à Bologne. Ce manuel d’épistolographie destiné aux amants parcourt plaisamment les développements de la sémiotique du ‘discours amoureux’ (gestuelle comprise, ce qui n’est pas l’un de ses moindres intérêts). S’y mettent alors en place, en premier lieu à travers une ‘pratique théorique’, les fondements de la théorie de la transumptio qui assumera plus tard valeur de paradigme universel pour Boncompagno. Celui-ci, en tout cas, montre ici qu’il n’y a pas d’autre voie d’accès au corps du désir que le truchement ‘transomptif’.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Salimbene de Adam, Cronica. I. a. 1168-1249, Edidit G. Scalia, Turnhout, Brepols (« Corpus christia (...)
  • 2 Sur Boncompagno, v. Virgilio Pini, in Dizionario Biografico degli Italiani, Roma, Istituto della En (...)
  • 3 Du Boncompagnus, largement diffusé hors de son lieu de production, notamment en France, est organis (...)
  • 4 De retour à Bologne après des années de pérégrinations, notre « princeps dictatorum » fait lire pub (...)

1Que peut bien avoir à nous dire du corps celui que Salimbene de Adam désignait à la fois comme « magnus magister in gramatica », « sollemnis dictator », et « trufator maximus »1 ? Boncompagno da Signa (1170 environ – 1240, ou peu après), professeur de rhétorique toscan d’origine, mais exerçant à Bologne2, est connu d’abord par ses ouvrages directement liés à l’exercice de son métier : en premier lieu, l’œuvre majeure, le Boncompagnus, ou Rhetorica antiqua, qui valut à son auteur la couronne de laurier (Bologne, 1215) et une réputation destinée à dépasser largement les frontières (la première version fut revue en 1226, bénéficiant alors d’une deuxième consécration)3 ; puis, le traité plus bref connu comme Rhetorica novissima (lu et publié à Bologne en 1235), auquel nous nous référerons par la suite4.

  • 5 Pour quelques traits caractéristiques de la personnalité de l’orgueilleux professeur, désireux d’ac (...)

2Mais, et c’est ce qu’indique le sobriquet de Salimbene relatif à la tromperie, Boncompagno était un esprit spirituel et facétieux, chez qui le sérieux professoral5 laissait place le cas échéant à des exercices relevant, au moins à première vue, du pur divertissement, éventuellement aux dépens d’autrui. C’est ce versant de la production qui va nous intéresser – or, on le sait, le divertissement est bien souvent chose sérieuse…

  • 6 Cf. Boncompagno da Signa, Rota Veneris, a cura di Paolo Garbini, Roma, Salerno, 1996 (sur le titre, (...)
  • 7 Dans le prologue de l’opuscule, la déesse Vénus demande à Boncompagno « cur salutationes et delecta (...)
  • 8 Citons à titre d’exemple éclairant le fait qu’il devait fournir une bonne partie de la matière des (...)

3La Rota Veneris, texte tôt conçu (avant 1194-1195), peut-être conduit à terme un peu plus tard6, se présente comme un manuel épistolographique consacré à l’art d’aimer, où le maître met sa science rhétorique au service de qui entend partir à la conquête de l’aimée7. Vu le sujet traité et le décalage entre celui-ci et le savoir mobilisé, il se présente toutefois sous les dehors d’une aimable frivolité. Il n’en reste pas moins que le succès de l’opuscule est attesté aussi bien par la tradition manuscrite que par les emprunts plus ou moins manifestes dont il est abondamment l’objet8.

  • 9 Rota, éd. cit., p. 30-37.
  • 10 Ibid., p. 38-44. Sur les parties de la lettre (salutatio, narratio, petitio) selon Boncompagno, qui (...)
  • 11 Rota, éd. cit., p. 40-44 et, pour Hélène, p. 42. L’on sait aussi les rapports étroits entre Orléans (...)

4Si nous laissons de côté la casuistique de la salutatio par quoi débute logiquement le traitement du sujet (la missive amoureuse) et qui est fondée sur la partition structurante entre l’avant et l’après (de la consommation de l’amour)9, nous arrivons immédiatement à l’importante (ainsi est-elle présentée, ainsi le déduit-on du soin dont elle va être l’objet) question de la narratio10. Ici, la casuistique pourrait se faire plus complexe, selon les tempora (les circonstances) dans lesquels naissent les amours et les genera (les espèces) d’amants, mais, en réalité, la condition humaine est de même nature pour tous les hommes et les « façons de narrer » (« narrandi modi » – ‘storytelling’, ou mises en récit, dirait-on aujourd’hui) se réduisent à deux – la distinction se faisant ici encore selon l’avant et l’après. C’est évidemment l’avant qui occupe l’essentiel du propos. Avant, donc, il s’agit de raconter à la dame comment la vue de sa beauté a enflammé et transformé celui qui lui écrit – et qui s’étend alors complaisamment sur cette beauté avant d’en arriver à sa petitio (la prière que la dame accepte qu’il se soumette à sa volonté et qu’elle en use à sa guise). De sorte que le cœur de la narratio est en fait, après un très bref exordium narrationis, une descriptio, modelée sur la tradition séculaire dont Matthieu de Vendôme (la référence de Boncompagno à Hélène semble dénoncer sa source) s’est fait le théoricien deux ou trois décennies auparavant11.

  • 12 Cf. ibid., p. 34.
  • 13 L’effictio prenant le pas sur la notatio, selon les termes de la rhétorique latine dont Boncompagno (...)

5Que la descriptio puellae qui constitue le principal de la missive (de fait réduite à la plus simple expression en matière de parties et de dispositio) soit, après les compliments d’usage et les vagues promesses de « servitia », pur artifice ‘perlocutoire’ n’engageant bien sûr que celle qui les entend, c’est ce que Boncompagno nous avait dit d’emblée, reprenant un lieu commun ovidien, passé par le De amore d’André le Chapelain, et appelé à connaître encore quelques beaux jours (voir par exemple le Roman de la rose, ou le Fiore)12. Il nous semble déceler aussi dans le fait que Boncompagno sacrifie in fine à l’exigence souvent oubliée de la descriptio intrinseca (en parfaite correspondance, comme il se doit, avec l’extrinseca, les qualités morales complétant en miroir l’énumération des perfections du corps)13 une intention ironique : l’obéissance au canon à travers l’indication vague et convenue de la sapientia donne l’impression qu’il liquide l’obligation pour mieux faire ressortir ce qui est vraiment en jeu, à savoir l’effet attendu sur la destinataire.

  • 14 La dame devenue ‘rhème’, dirait-on en calcul fregéen des prédicats : nous avons affaire à une propo (...)
  • 15 Cf. Rota, éd. cit. p. 48.
  • 16 À la place donc des puellae au milieu de qui apparaît l’aimée, les dominae s’il s’agit de femmes ma (...)

6En tout cas, aucune valeur de vérité ne doit s’attacher audit portrait ; c’est, pliée à la nécessité de l’esthétique médiévale de la variatio, la parfaite conformité de l’exercice consistant à faire coïncider la représentation produite avec le canon de la beauté fixé par la tradition qui est le garant du désir de l’amant. Pas même corps fantasmé, ce ‘portrait’, plutôt tension balisée du dire vers l’objet nominalisé du désir : c’est celui-ci qu’il importe de signifier par la déclaration de la similitude (et non pas de la ressemblance) de l’aspect de la dame à l’archétype du désirable14. Ainsi se dit le désir du corps, par le truchement d’une pure abstraction, dans la coïncidence (mais pas le recouvrement) postulée entre vision réelle et vue idéale. Là réside l’efficacité pragmatique de la lettre, soigneusement enregistrée15. Malgré, ou plutôt, donc, grâce à la parfaite interchangeabilité du modèle, au prix d’un simple remplacement des noms propres des destinataires et des index des tempora16.

  • 17 D’autant plus « romanesque », cette narratio, que Boncompagno, quoique présentant la Rota comme un (...)
  • 18 Cf. ibid., p. 46-48. Ce que le Livre d’Enanchet traduit de façon très littérale au § 68 (« Lo conoi (...)
  • 19 Cf. Rota, éd. cit. p. 46. La citation ovidienne (Héroïdes V, 117) revient dans la première lettre d (...)
  • 20 Cf. ibid., p. 48.

7Il faut ajouter que le but de cette narratio première est d’amorcer, de susciter une réponse, celle-ci inaugurant alors une série de missives échangées qui finissent par se constituer en super-narratio, où l’on peut voir comme le germe du roman épistolaire17. Ainsi que ne manque pas de l’enregistrer ensuite Boncompagno, dès lors que la dame s’engage, s’aventure dans cette voie (de la co-construction du roman d’amour, y compris en sacrifiant pour commencer à l’attendue et délicieuse logique du refus), c’en est fait de l’inaccessibilité de son corps, de son inviolabilité18. Entrer dans un tel jeu incite le corps. Celui-ci est évidemment engagé par la parole, ici produite et construite par un savoir : ce qui a été appris a beau être savoir de l’école, il n’en est pas moins producteur d’effets bien concrets. Tout cela, l’amant de Boncompagno, dès lors qu’on lui réplique qu’il répand en vain sa semence dans le sable19, le sait fort bien – et il recueille dans son âme et son corps l’effet en retour du contentement et du plaisir de la jouissance anticipée20. Et l’on peut supposer que cette parade amoureuse (verbale), précisément en tant que parade, a été en son temps aussi efficace pour parvenir à ses fins que d’autres moyens de séduction.

  • 21 Ibid., p. 42, où l’on voit que Boncompagno mâtine l’ars versificatoria (d’un Matthieu de Vendôme, p (...)
  • 22 Ibid., p. 70. À l’inverse, Boncompagno resémantise malicieusement la tradition ‘misogyne’ de la dén (...)
  • 23 Cf. ibid., p. 70-72.

8Les fins en question sont désignées dans la lettre d’envoi de la correspondance par l’insistance particulière sur le détail topique de la poitrine21. Mais, surtout, le finale facultatif, selon la tradition de la descriptio puellae (superficialis), sur les parties cachées que l’on imagine dignes des parties visibles en surface, réapparaît isolément plus tard, dans le contexte inattendu de la lettre adressée à la nonne ayant pris le voile – voile noir sous lequel on devine des « membres » plus blancs que le lait22. C’est du reste, avec l’étonnante conclusion blasphématoire de la missive (tromper l’Époux divin n’est que juste vengeance pour le meurtre par le Très-Haut des parents [« parentes et consanguineos »] du prétendant et pour les calamités qu’Il nous envoie ; d’autre part, ledit Époux convoite l’âme, pas le corps), ce qui constitue l’argumentum « nécessaire et irréfragable » qui va persuader la religieuse de vaincre son « avarice », c’est-à-dire de donner libre cours au désir partagé des étreintes et des baisers mutuellement prodigués en grand secret23.

  • 24 Cf. ibid, p. 54.
  • 25 Cf. ibid, p. 56-60.
  • 26 On rappellera, préalablement à ce qui pourrait être une enquête plus approfondie sur ce point (qui (...)

9En tout cas, le premier échange se conclut par une rencontre physique préludant aux rendez-vous à venir24. Ou, deuxième cas de figure, pour dire ex post la consommation de l’amour et l’accession aux chambres secrètes, on recourt à l’extraordinaire truchement du songe transformant et transfigurant, un songe évidemment et comme par définition culturalisé, étroitement codifié: invention rhétorique déclarée, construite en tant que telle, comme la descriptio du reste, sur la science de la transumptio, puisque tissage de métaphores, sauf pour l’étreinte et les baisers – à moins que ce songe ne soit lui-même, en tant que tel, comme nous le verrons, transumptio. L’on notera qu’à la requête d’élucidation du sens (« explanatio ») adressée à la destinataire du récit onirique, celle-ci répond qu’en réalité elle a assisté de son côté au même songe, dont elle était la deutéragoniste, mais que pour l’interpréter vraiment (« interpretari »), il convient de reproduire la scène dans la réalité – et de la prolonger – lors d’un second rendez-vous, bien physique cette fois. Le tout, songe et récit du songe, « ad maiorem delectationem », rêve et interprétation par l’autre du rêve, véritable substitut fantasmatique de la visio corporalis provoquant une jouissance indicible (« Iocundari potestis et infra vestre mentis archana inenarrabiliter exultare »)25. Les transumptiones oniriques ont ainsi la faculté de dire le corps du désir, le désir du corps, le souvenir de l’acte sexuel, la jouissance de cette réminiscence et la promesse de sa répétition26.

  • 27 Rota, éd. cit., p. 60-62.

10L’on signalera pour finir, et par devoir d’inventaire, non seulement l’autre issue possible après consommation, celle de l’éventuelle rupture, mais aussi et surtout l’effet bien concret, en quelque sorte doublement corporel, d’une grossesse qui est le fruit des « venative adulationum blanditiae », accident aux conséquences funestes27.

  • 28 Cf. les paragraphes de la Rhétorique à Herennius consacrés à la pronuntiatio, en particulier III 19 (...)
  • 29 Sur le caractère pionnier de l’attention portée aux gestes par Boncompagno dans la sphère de la rhé (...)
  • 30 Cf. Rota, éd. cit., p. 78.
  • 31 V. d’abord André le Chapelain, bien sûr : « Amor est passio quaedam innata… », « Quod amor sit pass (...)

11Mais la corporéité (ou corporalité) en tant que telle fait aussi valoir puissamment et immédiatement ses droits, toute rhétorique que puisse en demeurer la source. En effet, le professeur reprend à son compte et détourne partie des théorisations de l’Antiquité latine en la matière (essentiellement la – pour lui – Rhetorica nova, à savoir notre Rhetorica ad Herennium)28. La réflexion sur les gestus de Boncompagno da Signa nous fait passer en revue les ressources d’une pragmatique gestuelle à visée rhétorique, poussée jusqu’à une sorte de pansémiotisme des signes physiques émanant du corps amoureux (du moins de sa part visible)29. Détourner, avons-nous dit : avec Boncompagno, il ne s’agit plus de manifester en le contrôlant rigoureusement l’éthos de qui cherche à persuader dans le cadre d’une cause. C’est toujours de rhétorique (« subtilis et ardua ») qu’il s’agit30, mais on remarque d’emblée que les gestes examinés pour conclure l’opuscule relèvent de la passion (des affects érotiques31) et, au moins pour partie, des mouvements involontaires. À côté donc de signaux tout à fait intentionnels, c’est en présence d’un langage du corps qui n’est que partiellement contrôlé que nous met l’auteur de la Rota. En effet, « nutus », « indicium », « signum » et « suspirium » trahissent toujours des secrets, mais ils le font, chez ceux qui les émettent, soit de façon délibérée, soit malgré eux, du moins en apparence.

  • 32 Rota, éd. cit., p. 80-82.
  • 33 « vel nutus est veri vel falsi amoris indicativus, quia multotiens per ipsum plurimi trahuntur in l (...)

12Le sens du premier élément de notre typologie quadripartite (« nutus »), de signe de tête indiquant une volonté, de signe de commandement qu’il pouvait même être en latin classique, devient ici plus vague, plus vaste et plus ductile32 : ses variétés sont fort nombreuses et il peut être clin d’œil, signe du doigt pour indiquer telle ou telle partie du corps, geste délicieux et aguicheur de la main dans les cheveux, ou mouvement des bras pour ajuster son vêtement en mettant en valeur sa silhouette, ou encore démarche chaloupée… Se prêtant à l’efficace paronomase « nutus / nuntius », tout en étant capable d’être trompeur33, il révèle les secrets du cœur (« cordium secreta ») selon un mode relevant de l’indicible stricto sensu (« quodam inenarrabili actu ») ; ou encore, il est image d’amour, représentant ce que ceux qui s’aiment ont fait ou souhaitent faire. Provenant de l’aimée qui pointe par exemple de l’index la blancheur de son cou (« albissimam gulam demonstrat »), il suscite dans les cœurs des amants une joie elle aussi indicible (« quoddam inenarrabile gaudium nascitur »). Le « nutus » supplée donc aux insuffisances du langage, les signale aussi en quelque sorte, et se propose in fine de signifier ce qu’il pourrait être inconvenant de dire explicitement.

  • 34 Ibid., 82-84.
  • 35 V. aussi Rhetorica novissima IV 1 et 2.

13L’« inditium », lui aussi révélation intentionnelle d’un secret, indique de manière plus ouverte à son destinataire ce que ce dernier doit faire34. Toujours « latens », cette révélation est néanmoins dissimulée à un moindre degré. L’indice, dont la variété est également indéfinie, ne ressortit plus en effet à la sphère de l’inenarrabilis, puisque, resémantisant complètement le vieux couple de la rhétorique classique en matière d’actio (ou pronuntiatio), il associe le geste et la voix (« actus et vox »)35, la parole à la manifestation de la visée érotique. Ce qui le distingue du « nutus » est en réalité ténu (l’« inditium » est en effet toujours « largo modo » un « nutus ») et, ce qui semble dénoncer effectivement un Boncompagno flottant sur ce sujet, la fin du paragraphe rendra le lien entre geste et voix non systématique. Mais, qu’une femme dévoile ses inclinations en ne cessant de nommer quelqu’un, qu’un homme fasse des efforts de toilette (il n’a alors pas besoin de parler, semble-t-il), l’indice donne lieu toujours à conjecture – il appelle autrement dit le travail de l’interprétation chez qui en est le destinataire.

  • 36 Rappelons que Boncompagno joue sur le toponyme de son lieu de naissance dans l’explicit de la Rheto (...)
  • 37 Rota, éd. cit., p. 84.

14Le « signum »36, rapidement expédié, ici envisagé sous les seules espèces de l’amour (infinies sont en effet les acceptions de « signum »), nous fait passer du côté des manifestations du corps qui paraissent échapper à ceux qui les émettent37. Difficile à distinguer de l’indice (Boncompagno, plus hésitant encore que précédemment, tend à les rendre interchangeables), il semble s’en démarquer pourtant en cela que les secrets qu’il trahit sont rendus visibles en dépit de la volonté du sujet : blêmissement et rougissement sont le fait de passions comme la honte et la colère (« verecundia vel ira »), par définition incontrôlées. Ici encore, il convient de souligner qu’un tel gestus est destiné à être attentivement pesé, évalué (« perpenditur », écrit notre professeur) par celui qui le reçoit.

  • 38 Ibid., 84-86.
  • 39 Voici, ibid., les passages à l’appui : « Suspirium est passio anime innata ex spirituum suspensione (...)
  • 40 Voici la définition de la mémoire au livre VIII de la Rhetorica novissima, 1, 1 : « Memoria est glo (...)
  • 41 Pour la mini-comédie, cf. la fin du passage. Pour ce qui est du lien entre gestes et parole empêché (...)

15Du même ordre, ou presque, est le « suspirium »38. Passion de l’âme née de la suspension des esprits, du souffle (« spirituum suspensio » est son étymologie, nous apprend Boncompagno), ou forte inspiration suivie de suspension, violente affection – passio, toujours – de la respiration suscitée par une forte imagination (« ex valida cogitatione »), soudaine et inattendue manifestation bruyante de l’âme en peine39, le soupir est la pièce maîtresse de la psychophysiologie (ou psychopathologie) de l’âme quand, ramenant à la mémoire tel ou tel affect lié à l’état amoureux, à ses joies ou à ses affres, ou quelque crainte relative au futur, elle en oublie sa vertu opérative (« virtus operativa ») et que le fonctionnement normal du cœur s’en trouve fortement altéré40. Mais le soupir n’est pas seulement retour inopiné de l’enfoui ou subite appréhension de ce qui est encore à venir : les femmes sont aussi capables de soupirer volontairement pour abuser les amants, comme il leur arrive du reste d’être elles-mêmes abusées de la même façon – Boncompagno nous livrant en l’occurrence une sorte de parodisation de la réciprocité d’amour. Pour conclure, les soupirs, « largo modo » encore, peuvent être dits à la fois « nutus, inditium et signum ». Où l’on voit que la phénoménologie du gestus, dans son indécision même, est pour Boncompagno assimilable à un langage, et à un langage envisagé systématiquement sous l’angle de son efficace pragmatique. En réalité, le soupir, signe de ce qu’il cache et qui doit être rendu manifeste, pourrait bien n’être en définitive qu’un pauvre palliatif, appelé à remplacer les mots que l’impuissance verbale empêche de prononcer explicitement (ce qu’une savoureuse petite mise scène, entre un « miles » et une jeune vierge, illustre comiquement)41.

  • 42 Cf. Rota, éd. cit., p. 82. Sur la « logique du secret », voir par exemple le numéro double de la re (...)

16La sémiotique gestuelle est l’expression corporelle de la dialectique du latent et du patent, de l’entéléchie du secret, de sa levée qui en constitue l’accomplissement, la fin propre. Autrement dit, c’est le secret qui, dans l’acte même de son expression (cf. l’adverbe « expresse » utilisé à propos de l’inditium), franchit la barrière de l’enveloppe corporelle qui le dissimule ; son extériorisation est ce qui le constitue en tant que tel au moment même de sa disparition par son dévoilement42, et c’est cette extériorisation qui finit par donner corps au désir dans le jeu de l’interprétation, comme manifestation du corps désiré par le corps désirant, comme incorporation du désir dans son expression – dans sa rhétorique et sa grammaire propres. Quand désir du corps et corps désiré se rejoignent dans les signes, verbaux ou non, qui les disent…

  • 43 Rota, éd. cit., p. 66.

17Ces signes, on n’a cessé de le voir, sont d’abord ce qui dissimule tout en trahissant : même lorsqu’ils semblent faire du corps désiré la référence du propos, l’image de ce corps tel que le construisent les mots est résolument autre que le corps ‘réel’, il lui préexiste comme pure abstraction, le rendant à proprement parler méconnaissable, sinon pour l’imagination désirante. Si, plus concrètement, l’amant tente de dissuader l’aimée de vêtir l’habit monacal (et d’abord parce qu’ainsi elle, si belle, se condamne à passer sa vie vêtue de noir dans un cloître où se rassemble toute la laideur possible et à croasser les psaumes dans une telle tenue, si dissonante par rapport à sa beauté)43, ce voile noir est en même temps ce qui suscite chez lui l’imagination du corps (blanc) de la nonne voilée – en lui arrachant mille soupirs, puisqu’il lui est interdit d’accéder à semblable « gloire ».

  • 44 Ibid., p. 48-52.

18La tentation est grande alors d’attribuer à ce voile (« velum ») de la nonne valeur autoréflexive et métadiscursive. En effet, la dernière partie de la Rota Veneris consacrée aux gestus (celle que nous venons d’examiner), prenant la forme d’un ajout final que l’auteur dit avoir été sur le point d’oublier (belle figure d’antiphrase), ne doit pas nous rendre nous-même oublieux d’un point que nous avons laissé de côté chemin faisant. Il se pourrait bien au demeurant que nous ayons affaire à une sorte de clé de voûte de tout l’édifice. Car, sinon velum, velamen est un terme que l’on rencontre dans notre texte au début du passage capital sur les transum(p)tiones44. Regardons-y de plus près.

  • 45 Ibid., p. 48.
  • 46 Pour le passage que nous nous apprêtons à commenter, v. ibid., p. 48 (le jonc, la fleur de tamaris, (...)
  • 47 Il faut farcir ses lettres de « iocunde transumtiones et proverbia, de quibus possit multiplex inte (...)
  • 48 Cela apparaît plus nettement encore dans la Rhetorica novissima IX 3, 14, éd. cit., p. 285 : « Omne (...)
  • 49 Rota, éd. cit., p. 48, p. 50. Le titre du § transcrit à la note précédente était « Quomodo nemo sci (...)
  • 50 En effet, « Transumptio est positio unius dictionis pro altera, que quandoque ad laudem quandoque a (...)
  • 51 « Et est notandum quod omnis transumptio est largo modo similitudo ; set non convertitur. Ceterum d (...)
  • 52 « sub quodam verborum velamine vigor amoris intenditur et amabile suscipit incrementum » (Rota, éd. (...)

19Le prétexte en est une nouvelle lettre de refus de la femme courtisée, tissée d’expressions métaphoriques, d’« occulte ratiocinationes » (du reste volontiers scripturaires)45. Après nous avoir livré une série de métaphores (ainsi les appellerions-nous) servant à parler allusivement de l’amour, et avant celles par lesquelles il convient de s’adresser à l’aimée46, Boncompagno entreprend d’en esquisser la théorie. Retenons que la transumptio, expression indirecte ouvrant la voie à l’interprétation plurielle et à ce titre source de plaisir47, constitue une sorte d’universel anthropologique, puisque tout un chacun y recourt (« verum etiam populares iocundis quandoque transumptionibus utuntur »)48, et que ses formes sont infinies (« Infinitis autem modis fiunt huiusmodi transumptiones nec possent de facili numerari »)49. Extrêmes plasticité et disponibilité la caractérisent. Ce qui frappe en outre ici, c’est l’affirmation très nette selon laquelle le voile des mots obliques et l’excédent de sens qui en résulte50, fondés « largo modo » sur un rapport de similitude et obéissant à l’impératif de la congruence51, est conçu comme fertilisant, accélérateur, intensificateur de l’amour : « sous un certain voile de paroles, la vigueur de l’amour gagne en intensité et reçoit une charmante impulsion pour son accroissement. »52 Voile, celant quelque chose comme une raison secrète : on aura remarqué que si la transumptio est une forme de similitude, toute similitude (du type rencontré un peu plus haut : « flos mirice [non] est feno similis, quo secatum facile arescit ») n’est pas transumptio ; il lui manque précisément la dimension de l’occulte.

  • 53 Pour une vue d’ensemble et une mise en perspective (avec pour point de mire les techniques d’écritu (...)
  • 54 Rota, éd. cit., p. 52.
  • 55 C’est tout le chapitre IX 2 qui traite « De transumptionibus ». V. les indications bibliographiques (...)

20Si nous élargissons à présent le champ de vision, nous nous apercevons vite que le terme « transumptio » est en réalité difficile à traduire : « métaphore » ne rend en effet qu’imparfaitement compte aussi bien de la compréhension que de l’extension du concept53. À la fin du passage de la Rota Veneris que nous venons de commenter, Boncompagno annonce un « specialis tractatus » consacré à la question54. En l’absence d’un ouvrage autonome qui lui soit effectivement consacré, il reste la possibilité de se retourner vers le long traitement (en réalité le plus ample de tout le Moyen Âge), postérieur à notre texte d’une quarantaine d’années, que réserve aux transumptiones en son deuxième chapitre le livre IX de la Rhetorica novissima (déjà à plusieurs reprises rapprochée de notre texte dans nos notes de bas de page)55.

  • 56 Cf. Rhetorica novissima IX 2, 1, p. 281 « Quid sit transumptio » : « Transumptio est mater omnium a (...)
  • 57 Cf. Pierre Fontanier, Les Figures du discours [1821-1830], Paris, Flammarion, 1977, p. 490-493.
  • 58 Rhetorica novissima IX 2, 1, p. 281 : « Vel transumptio est quedam imago loquendi, in qua unum poni (...)
  • 59 Rhetorica novissima IX 2, 1, ibid. : « Vel transumptio est quoddam naturale velamen, sub quo rerum (...)
  • 60 « Per manifestam similitudinem fit transumptio, quando in locutione ponitur adverbium similitudinis (...)
  • 61 Ainsi des parties honteuses, des fonctions corporelles basses en IX 2, 11, p. 282-283 : « Scientie (...)
  • 62 « Unde propter inenarrabilem mentis affectum illum vel illam vel illud in aliam rem nititur transmu (...)

21Et commençons par la définition, proposée en ouverture, de cette « mère de tous les ornements », qui traverse de part en part et incessamment tous les genres de discours56 : figure en paroles (« imago loquendi », mais en l’occurrence figure de pensée, selon la rhétorique de l’âge classique : le glissement est significatif57) par laquelle on pose une chose et l’on en comprend une autre (on retrouve à la lettre près la définition de la Rota Veneris, allusion à l’origine épidictique comprise)58, « la transumptio est une sorte de voile naturel, sous lequel on énonce de façon plus occulte et secrète les secrets des choses »59. Il faut que ce voile soit présent pour que l’on puisse à bon droit parler de transumptio et, pas davantage ici, la comparaison explicite ne peut être appelée à proprement parler ainsi60. Voiler de la sorte devient même une absolue nécessité, au nom cette fois de la curialitas, lorsqu’il s’agit de désigner ce qu’il n’est pas convenable de nommer, parce que relevant du laid et de l’ignoble61. Mais sa raison sans doute principale reste l’expression de l’indicible (de l’inenarrabilis) dans le domaine des affects62.

  • 63 Cf. notes 59 et 61.
  • 64 Cf. Du Cange et al., Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, Niort, L. Favre, 1883-1887, ad vocem ( (...)
  • 65 Rhetorica novissima IX 2, 1, éd. cit., p. 281 : « […] transumptio est transmutatio locutionum, que (...)
  • 66 IX 2, 5, ibid. : à propos des commandements divins eux-mêmes, « Illa quippe transumptio [le « lignu (...)
  • 67 IX 2, 4, ibid. : « In terrestri Paradiso, in quo Deus hominem ad imaginem et similitudinem suam for (...)
  • 68 Ibid. : « Evidens est utilitas transumendi, quia vilis et nudus est tractatus, quem in aliqua parte (...)
  • 69 Cf. le prologue de IX 1, p. 280 (« De adornationibus ») : « Ea, que serenant et clarificant dictami (...)
  • 70 IX 2, 3, p. 283 : « […] transumptiones fiunt de omnibus rebus, que in mundiali machina continentur, (...)
  • 71 IX 2, 14, p. 283 (« Quod transumptum aliquando transumatur ») : « Deus transumitur in agnum et agnu (...)
  • 72 IX 2, 9, p. 282: « Per occultam similitudinem transumpsit Dominus panem in corpus suum. Panis cum c (...)

22C’est pour cet ensemble de raisons qu’il y a quelque chose de naturel dans la transumptio, comme paraît le signifier le retour de l’adjectif « naturalis » dans les passages cités63. L’opération qu’elle accomplit consiste à susciter une « animi affectio » (selon la définition donnée par Du Cange de « intellectus » en pareil contexte)64 : une représentation mentale, donc, due à l’âme imaginative65, idée en image dont la signification n’est pas donnée d’emblée, dont le caractère obscur impose le travail de l’interprétation – une herméneutique comme par définition plurielle, donnant lieu à inévitable diversité d’opinions66. L’on produit incessamment des transumptiones, pour ce que transumere est le propre de l’homme (cf. Rhetorica novissima IX 3, 14, citée ci-dessus), est-on plus que tenté de dire… Et que la transumptio tend à englober tous les autres tropes (« omnis allegoria, tropologia, moralitas, metaphora et quelibet locutio figurata transumptiones possunt et debent merito nominar », ibid., où l’on remarque la dette de la pensée de Boncompagno à l’égard de l’exégèse biblique). Consubstantielle à l’acte même de la création (par le Créateur), elle est le premier don dispensé à la noble créature faite à son image et ressemblance – elle-même toute première transumptio, au Paradis terrestre, d’un Dieu « plasmator » et « inventor », en quelque sorte à la fois façonneur et rhétoricien67. Elle va donc bien au-delà du simple ornement auquel notre dictator lui-même pourrait paraître momentanément la réduire (cf. IX 2, 6, « Quid transumptio conferat utilitatis »)68, même s’il convient de rappeler que c’est la nature elle-même qui nous indique (très concrètement, “physiquement”) la voie de l’ornementation69, et que toute chose sans exception, dans la « machine du monde », est susceptible d’être transformée par transumptio70. Y compris en chaîne71. Et, rappelons-le, cela advient très souvent (Dieu lui-même enseigne) « per occultam similitudinem »72.

23C’est à l’intérieur d’un tel cadre que nous allons retrouver, dans la Rhetorica novissima, les éléments fondamentaux de la sémiologie amoureuse de la Rota Veneris, ceux que l’on a rencontrés au cœur même de la pratique épistolographique stricto sensu ou sur ses marges immédiates.

  • 73 IX 2, 3, p. 281 : « Anima etiam sepe transumit, quia dormientibus pericula vel commoda futura per d (...)

24Dans le cas du rêve, la transumptio en quoi celui-ci consiste tout entier coïncide dans un type de lettre donné, ainsi que nous l’avons vu plus haut, avec la narratio elle-même, cette partie centrale de l’exercice rhétorique qui est voie vers le corps érotique, jalonnée du reste des multiples transumptiones particulières dont le songe est tissé. Le som(p)nium est en effet en tant que tel transumptio, nous dit Boncompagno dans son traité tardif : car c’est une propriété essentielle de l’âme que de transumere, y compris en dormant, avec pour effet des affects divers et pour conséquence nécessaire, une fois de plus, la tension herméneutique dont l’activité onirique s’accompagne73. Le rêve comme métaphorisation, et son interprétation…

  • 74 IX 2, 16, p. 283 ; voici le passage presque entier, afin que l’on saisisse bien que l’opération de (...)

25Mais la descriptio aussi, première figure imposée de la narratio pour l’amant engageant sa démarche de conquête amoureuse, est elle-même, à bien y regarder, transumptio. En effet, la Rhetorica novissima, à propos de ce qui convient pour l’évocation des qualités physiques de la « mulier speciosa », passe en revue synthétiquement les traits distinctifs du portrait féminin tel que la tradition en impose la norme (en se référant au double modèle, cher aux Arts poétiques, d’Hélène ou Yseut, elle aussi mentionnée à présent74) et que nous l’avons vu décliné dans la Rota Veneris. C’est d’abord la femme en tant que telle qui est tout entière objet de transumptio (en déesse ou grande amoureuse, de l’Antiquité ou d’âges plus récents), avant que les différentes parties (canoniques) de son corps ne soient à leur tour objet d’opérations similaires. De sorte que l’on pourrait dire que le fait même d’établir un canon de ce type est de nature ‘transomptive’.

  • 75 Cf. IX 2, 20, p. 284 (« De cavillosis et subdolis transumptionibus ») : « Mulieres quadam fictitia (...)
  • 76 Cf. IX 2, 23, ibid. – le passage est cité à la note 41 ci-dessus.
  • 77 Cf. IX 2, 21, ibid. : « Item transumunt se ipsos in alios per voces et modos loquendi, gestus corpo (...)
  • 78 Cf. le passage cité à la note 1.

26Et puis, il y a les gestes – grande originalité, on s’en souvient, de l’opuscule de jeunesse. On apprend à présent que ceux-ci relèvent bien aussi de la super-catégorie qui nous intéresse ici. En effet, nutus, indicia et gestus sont autant de transumptiones par signes, qui suppléent la privation de la parole, ses entraves. Ils sont non seulement un effet de la « fictitia dolositas » des femmes en amour75, mais plus généralement du désir ou du besoin de s’exprimer de tous ceux qui sont empêchés de parler. Un paragraphe de notre chapitre est intitulé « De transumptionibus que fiunt per gestus vel nutus »76. Il y est au demeurant question de simulation, ce qui nous ramène aux visées souvent secrètes que ce type de transumptiones poursuit. Comme sont des champions de la simulation en leurs transumptiones les « ioculatores » du paragraphe 21 (« De transumptionibus ioculatorum »), et d’abord lorsqu’ils se livrent à l’auto-transumptio77. L’on se souviendra alors que Salimbene de Adam rapporte, à l’appui de la thèse d’un Boncompagno « trufator maximus », l’anecdote selon laquelle, en vrai « ioculator », voulant faire croire aux Bolonais bientôt bernés qu’il était en mesure de voler, il s’était affublé d’ailes pour se montrer devant tout le peuple assemblé en haut de Santa Maria in Monte78.

  • 79 « Transmisi vobis violas, nunc autem fasciculum destino rosarum, quoniam amicitie vestre superlativ (...)
  • 80 Ibid., p. 76.
  • 81 Ibid., p. 66-68 (le voile signifie « mortalité », p. 70 ; et rappelons le passage déjà cité sur les (...)

27Pour conclure, c’est bien une rhétorique totale, totalisante de la tension amoureuse, que Boncompagno a déployée dans son opuscule de jeunesse, et qui a valeur de paradigme sémiotique universel. L’indirection de l’expression, la médiateté du dire en matière amoureuse, son obliquité, montrent à quel point l’homme de désir ne saurait être que ‘transomptif’. Dès lors, tout est susceptible de (se) faire signe, tout est mobilisable pour signifier ; les choses (fleurs, fruits, phénomènes méteorologiques, etc.) que la pulsion érotique transforme en mots deviennent littéralement prétexte de la parole désirante79. C’est pourquoi Vénus peut dire aux femmes qu’ils leur sont en réalité bien doux et agréables, les mots contenus dans la Rota (« Iocunda sunt vobis verba in Rota nostra proposita, quibus amantes valent se ad invicem visitare suorumque cordium revelando secreta. »)80. À côté des puissances phantasma-poïétiques des verba, les corps eux-mêmes peuvent se faire agents ou auxiliaires du transumere. Mais aussi les « vêtements précieux » des jeunes filles ou ceux, « noirs », des religieuses, « l’habit monacal » (le voile sur le chef déjà évoqué supra) apparaissent comme une sorte de transumptio, et ils sont à ce titre d’autres figures du corps lui-même81.

  • 82 Cf. Rota, éd. cit., p. 86-88.
  • 83 Ibid., p. 78.

28La pirouette facétieuse de la fin de la Rota, par laquelle Boncompagno nous donne l’impression de faire l’aveu, sous les espèces de la dénégation et en se réfugiant derrière le paravent du précédent du Cantique des cantiques82, de son penchant pour la lascivia, ne nous fait pas oublier que l’excusatio impertinente invoquant sitôt après, sans rapport véritable avec la ligne de défense précédemment esquissée, la requête pressante des amis qui est l’objet de la toute dernière phrase, nous renvoie à une première conclusion, un peu plus haut, où ces mêmes amis étaient déjà sollicités. Là, Boncompagno dit préférer nettement les verba aux facta, « parce qu’en ces choses-là, il est plus glorieux [nota bene] de vivre dans l’espérance que dans la chose » (« quoniam gloriosius est in talibus vivere in spe quam in re »)83. Et au delà, c’est tout le petit texte de notre facétieux « trufator-transumptor » (le tour joué aux Bolonais et rappelé par Simbene était-il autre chose qu’une « transumptio » ?) qui, en en illustrant le ‘pantransomptionnisme’, nous enseigne d’abord et avant tout qu’il n’y a pas de voie d’accès direct au corps, que tout est transumptio, précisément, et qu’on ne saurait l’atteindre qu’ainsi – ce dont il faut sans aucun doute se réjouir.

Haut de page

Notes

1 Salimbene de Adam, Cronica. I. a. 1168-1249, Edidit G. Scalia, Turnhout, Brepols (« Corpus christianorum. Continuatio Mediaevalis », CXXV), 1998, p. 112-113.

2 Sur Boncompagno, v. Virgilio Pini, in Dizionario Biografico degli Italiani, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 11 (1969), ad vocem, p. 720-725 ; Francesco Tateo, in Enciclopedia dantesca, 6 vol., Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 19842, I, ad vocem, p. 673-674. V. aussi Daniela Goldin, B come Boncompagno. Tradizione e invenzione in Boncompagno da Signa, Padova, Centro Stampa Palazzo Maldura, 1988 ; Il pensiero e l’opera di Boncompagno da Signa, Atti del primo convegno nazionale (Signa, 23-24 febbraio 2001), a cura di M. Baldini, Signa, Allegri, 2002, en particulier l’article d’Enrico Artifoni, « Boncompagno da Signa, i maestri di retorica e le città comunali nella prima metà del Duecento », p. 23-36.

3 Du Boncompagnus, largement diffusé hors de son lieu de production, notamment en France, est organisée en 1215, devant un public composé de professeurs in utroque iure et d’étudiants une lecture publique « in loco qui dicitur Paradisus » (peut-être une église), lecture suivie du couronnement (du texte). Revue et augmentée, la Rhetorica antiqua sera en 1226 lue et approuvée lors d’une réunion publique solennelle dans la cathédrale de Padoue, en présence de l’évêque, du légat pontifical, de théologiens… Sur la place de Boncompagno dans la pratique des couronnements poétiques, v. Francesco Paolo Terlizzi, Le incoronazioni poetiche, in Atlante della letteratura italiana, a cura di S. Luzzatto e G. Pedullà, I, Dalle origini al Rinascimento, a cura di A. De Vincentiis, Torino, Einaudi, 2010, p. 140-144. Sur les rapports avec la culture florentine postérieure et Brunet Latin, v. Irene Maffia Scariati, Dal « Tresor » al « Tesoretto ». Saggi su Brunetto Latini e i suoi fiancheggiatori, Roma, Aracne, 2010, chap. V, « Ser Pepo, Ser Brunetto e Magister Boncompagnus : tra ‘rettorica’ e parodia », p. 169-192 ; ainsi que, pour la réception dans les mêmes milieux du Liber de amicitia de notre rhéteur, Patrizia Gasparini, « L’amitié comme fondement de la concordia civium. Le Favolello de Brunet Latin [et une nouvelle source du Tresor] », Arzanà. Cahiers de littérature médiévale italienne, 13 (2010), p. 55-108.

4 De retour à Bologne après des années de pérégrinations, notre « princeps dictatorum » fait lire publiquement son nouvel essai en la matière, orienté cette fois sur la parole publique, celle du forum en particulier. Pour le texte, cf. Boncompagni, Rhetorica novissima, prodit curante A. Gaudentio, in Scripta anecdota glossatorum (« Bibliotheca Iuridica Medii Aevi Bononiae »), 3 vol., Bononiae, In aedibus Petri Virano olim fratrum Treves, II, 1892, p. 249-297, texte consultable en ligne (avec des coquilles) à l’adresse suivante : http://web.archive.org/web/20070607131019/http://dobc.unipv.it/scrineum/wight/rnindx.htm, Steve Wright, Los Angeles 1998 ; Scrineum, Università di Pavia 1999).

5 Pour quelques traits caractéristiques de la personnalité de l’orgueilleux professeur, désireux d’accéder au statut d’auctor, traits saisis à partir de son rapport à Cicéron, v. Francesco Bruni, Testi e chierici del medioevo, Genova, Marietti, 1991, chap. « Boncompagno da Signa, Guido delle Colonne, Jean de Meung : metamorfosi dei classici nel Duecento », p. 43-70 (plus particulièrement p. 47-50).

6 Cf. Boncompagno da Signa, Rota Veneris, a cura di Paolo Garbini, Roma, Salerno, 1996 (sur le titre, cf. l’explication qu’en donne l’auteur p. 30 : qui est lié par les liens de l’amour, tourne en rond continuellement en proie à la crainte). L’opuscule est cité par Boncompagno lui-même à la toute fin des Quinque tabule salutationum de 1194-1195, en 5.38 (« Ad hec salutationes et narrationes ad laxiviam in Rota veneris valebis plenius reperire. » ; cf. le site suivant, où l’on peut lire le texte  : http://web.archive.org/web/20070804024834/http://dobc.unipv.it/scrineum/wight/qts5.htm). Pour ces Tabule (et leur édition), cf. Giulietta Voltolina, Un trattato medievale di « ars dictandi ». Le ‘V Tabule salutationum’ di Boncompagno da Signa, Casimari, Ed. Casimari, 1990. V. aussi Marco Giovini, « Dalla Rota Fortunae (o Ixionis) alla Rota Veneris di Boncompagno da Signa: appunti preliminari sul “manuale del seduttore epistolografo », Maia, LVIII (2006), p. 75-90.

Sur l’influence de la Rota (et du Boncompagnus) sur la littérature immédiatement postérieure, en l’espèce française (Le Livre d’Enanchet), v. la thèse de doctorat soutenue par Luca Morlino à l’Université de Padoue en 2009 (« Scienze filologiche, linguistiche e letterarie, indirizzo in Romanistica »), « Alie ystorie ac dotrine »: il Livre d’Enanchet nel quadro della letteratura franco-italiana, p. 51-68 (consultable en ligne à l’adresse : http://paduaresearch.cab.unipd.it/2151/1/merged.pdf.

7 Dans le prologue de l’opuscule, la déesse Vénus demande à Boncompagno « cur salutationes et delectabilia dictamina non fecisse[t], que viderentur ad usum amantium pertinere » (éd. cit., p. 28-30). Sur Boncompagno et l’épistolographie amoureuse, v. Josef Purkart, Boncompagno of Signa and the Rhetoric of Love, in Medieval Eloquence. Studies in the Theory of Medieval Rhetoric, edited by James J. Murphy, Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press, 1978, p. 319-331. Véronique Abbruzzetti, La codification de l’art épistolaire au Moyen Âge. Un exemple italien: Boncompagno da Signa, in Epistulae Antiquae II. Actes du IIe Colloque International “Le genre épistolaire antique et ses prolongements européens” (Université François-Rabelais, Tours, 28-30 septembre 2000), éditées par Léon Nadjo et Elisabeth Gavoille, Louvain-Paris, Peeters, 2002, p. 367-377. Marco Giovini, « Dalla Rota Fortunae (o Ixionis) alla Rota Veneris... », cit.

8 Citons à titre d’exemple éclairant le fait qu’il devait fournir une bonne partie de la matière des nombreux paragraphes consacrés à la « dotrine d’amor » (notamment ce qui concerne la phénoménologie de l’état amoureux – les « signes » – et les préceptes et conseils relatifs à la « pistre », autrement dit les lettres) de la fortunée compilation franco-italienne connue comme Livre d’Enanchet (dont on peut consulter le texte à l’adresse suivante : http://scrineum.unipv.it/wight/enanchetx.htm. On y lit, § 58 : « Toz le amanz doient savoir autresi que est demonstremant, endice, signe, et sospirs, a ce qu’il doient conoistre les signe d’amor ») ; et v. les § suivants, en particulier § 65, « La pistre de trametre a s’amie », où est reprise la descriptio puellae de la Rota. Cf. de nouveau le travail de L. Morlino cité à la n. 6, p. 51-54.

9 Rota, éd. cit., p. 30-37.

10 Ibid., p. 38-44. Sur les parties de la lettre (salutatio, narratio, petitio) selon Boncompagno, qui tend à simplifier le schéma, v. la Rhetorica novissima, éd. cit. (Gaudenzi), p. 109. Pour une comparaison avec le contemporain Bene da Firenze et son Candelabrum, voir V. Abbruzzetti, « A propos du Candelabrum de Bene da Firenze », Arzanà, 8 (2002), p. 11-31.

11 Rota, éd. cit., p. 40-44 et, pour Hélène, p. 42. L’on sait aussi les rapports étroits entre Orléans et Bologne dans le milieu des études juridiques. Dans la plus tardive Rhetorica novissima, IX 2, 16, à côté d’Hélène, Boncompagno évoquera Yseut (pour le passage en question, voir infra, n. 74). Pour l’Ars versificatoria de Matthieu de Vendôme, cf. Les Arts poétiques du XIIe et du XIIIe siècle. Recherches et documents sur la technique littéraire du Moyen Âge, par Edmond Faral, Paris, Honoré Champion, 1924, p. 106-193, pour la description d’Hélène, p. 129-130.

12 Cf. ibid., p. 34.

13 L’effictio prenant le pas sur la notatio, selon les termes de la rhétorique latine dont Boncompagno avait connaissance (en l’occurrence ici la Rhetorica ad Herennium IV 62), tout en cherchant à s’en démarquer (cf. l’étude de F. Bruni cit. à la n. 5 ci-dessus).

14 La dame devenue ‘rhème’, dirait-on en calcul fregéen des prédicats : nous avons affaire à une proposition du type « c’est X (celle que je désire) qui correspond au ‘thème’ », autrement dit au canon de la beauté idéale prédéfinie dans le type fixé par la tradition.

15 Cf. Rota, éd. cit. p. 48.

16 À la place donc des puellae au milieu de qui apparaît l’aimée, les dominae s’il s’agit de femmes mariées, voire de religieuses : cf. ibid., p. 44.

17 D’autant plus « romanesque », cette narratio, que Boncompagno, quoique présentant la Rota comme un manuel destiné à un public masculin, donne une place éminente aux réponses de la femme courtisée et séduite, jusqu’au pic dramatique que constitue la lettre de la jeune fille séduite et abandonnée qui est restée enceinte (p. 62). Boncompagno nous offre également d’autres possibilités de « roman » : après la jeune femme déshonorée, il propose les missives de celle dont l’amant est parti au loin (p. 64-66, sur le modèle des Héroïdes), de celle qui a pris l’habit monacal et propose à son amant de l’enlever et de fuir ensemble (p. 66-68), de celle qui a été trompée pour une soubrette (p. 72-74).

18 Cf. ibid., p. 46-48. Ce que le Livre d’Enanchet traduit de façon très littérale au § 68 (« Lo conoissiment ») : « Acertes l’amant puet bien conoistre qu’ele l’aime, des qu’ele i a remandez aucune chouse. » 

19 Cf. Rota, éd. cit. p. 46. La citation ovidienne (Héroïdes V, 117) revient dans la première lettre de réponse de la religieuse, p. 70.

20 Cf. ibid., p. 48.

21 Ibid., p. 42, où l’on voit que Boncompagno mâtine l’ars versificatoria (d’un Matthieu de Vendôme, pour ne citer que celui qu’il pouvait connaître d’abord) d’allusions au Cantique des cantiques.

22 Ibid., p. 70. À l’inverse, Boncompagno resémantise malicieusement la tradition ‘misogyne’ de la dénonciation du maquillage, par la voix d’une femme jalouse de plus jeune qu’elle, qui dénonce la tromperie d’un « furtivus color », autrement dit un aspect extérieur masquant le manque (Rota, éd. cit., p. 74).

23 Cf. ibid., p. 70-72.

24 Cf. ibid, p. 54.

25 Cf. ibid, p. 56-60.

26 On rappellera, préalablement à ce qui pourrait être une enquête plus approfondie sur ce point (qui devrait s’appuyer en premier ressort sur les développements du savoir médical, celui d’un Arnaud de Villeneuve, notamment), le propos généralisant d’un Jean-Claude Schmitt in Le Corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, Gallimard, 2001, p. 273 : « L’intérêt croissant pour le sommeil est allé de pair, à cette époque [i.e. le xiie siècle] avec la promotion du corps comme origine possible des rêves ». Schmitt analyse ensuite, p. 273-275, son corpus de rêves en fonction de l’ordo visionis qui en structure « morphologiquement » la narration (conflit, manque, amélioration, résolution du conflit ; nous avons omis de mentionner l’intervention de l’auxiliaire surnaturel, celui-ci coïncidant ici avec l’objet même du désir amoureux : rabattement qui dénonce l’immanentisation et la laïcisation, dédiabolisation, du propos). Sur les évolutions de la « classification des rêves », v. ibid., p. 297-305.

27 Rota, éd. cit., p. 60-62.

28 Cf. les paragraphes de la Rhétorique à Herennius consacrés à la pronuntiatio, en particulier III 19 (« Diuiditur […] in uocis figuram et in corporis motum », 26 (« Motus est corporis gestus et uultus moderatio quaedam quae probabiliora reddit ea quae pronuntiantur »). Signalons aussi l’attention portée à ces modes d’expression dans la Rhetorica novissima, IV 1 et 2.

29 Sur le caractère pionnier de l’attention portée aux gestes par Boncompagno dans la sphère de la rhétorique stricto sensu, v. Jean-Claude Schmitt, La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, p. 285-288 (qui ignore cependant la Rota Veneris, pourtant profondément originale à cet égard, comme nous allons le voir).

30 Cf. Rota, éd. cit., p. 78.

31 V. d’abord André le Chapelain, bien sûr : « Amor est passio quaedam innata… », « Quod amor sit passio, facile est videre » (je cite d’après Andrea Cappellano, De amore, a cura di Graziano Ruffini, Milano, Guanda, 1980, p. 6).

32 Rota, éd. cit., p. 80-82.

33 « vel nutus est veri vel falsi amoris indicativus, quia multotiens per ipsum plurimi trahuntur in laqueum deceptivum. » (ibid., p. 80).

34 Ibid., 82-84.

35 V. aussi Rhetorica novissima IV 1 et 2.

36 Rappelons que Boncompagno joue sur le toponyme de son lieu de naissance dans l’explicit de la Rhetorica novissima : « Data est hec rhetorica […] per manum Boncompagni oratoris, qui fuit natus in castro qui dicitur Signa Franca […] Nam castrum illud situm est inter quatuor flumina et duos pontes lapideos ; unde propter aquarum decursus et copiam olivarum indisegnabili est amenitate dotatum. » (éd. Gaudenzi, cit., II, p. 297 ; les mots soulignés le sont par nous).

37 Rota, éd. cit., p. 84.

38 Ibid., 84-86.

39 Voici, ibid., les passages à l’appui : « Suspirium est passio anime innata ex spirituum suspensione ; vel suspirium est ingens inspiratio cum vehementi spirituum suspensione » ; « vehemens spirituum passio ex valida cogitatione » ; « repentinus et inopinatus spirituum sonitus proveniens ex anime labore ». Autant d’éléments qui invitent à une reprise systématique de ce passage pour en préciser la dette à l’égard du savoir médical en vogue, en particulier au Studium bolonais, au même moment, ainsi que, peut-être, au rôle joué par Boncompagno dans leur diffusion et popularisation.

40 Voici la définition de la mémoire au livre VIII de la Rhetorica novissima, 1, 1 : « Memoria est gloriosum et admirabile nature donum, qua preterita recolimus, presentia complectimur et futura per preterita similitudinarie contemplamur. » C’est tout le livre VIII qui est à cet égard fort intéressant (ce que ne manque pas de signaler Francis A. Yates in The Art of Memory, London, Routledge & Kegan Paul Ltd, 1966, éd. it. L’arte della memoria, trad. Albano Biondi, Torino, Einaudi, 1972, 19932, p. 53-56).

41 Pour la mini-comédie, cf. la fin du passage. Pour ce qui est du lien entre gestes et parole empêchée, voir Rhetorica novissima, « De transumptionibus » (livre IX 2, 23, De transumptionibus que fiunt per gestus vel nutus : « Muti, naufragi a litore vel portu distantes, egri, qui loqui non possunt, captivi et amatores, qui loqui non audent, obsessi et religiosi, per gestus vel indicia seu nutus suos effectus [mais ne faudrait-il pas lire « affectus » ?] transumunt, per tussiculam simulatam […] » ; éd. cit., p. 284 ; c’est nous qui soulignons). Nous allons revenir un peu plus loin sur ce passage.

42 Cf. Rota, éd. cit., p. 82. Sur la « logique du secret », voir par exemple le numéro double de la revue Traverses, 30-31 (1984) qui lui est consacré, notamment les articles d’András Zempléni ou de Louis Marin.

43 Rota, éd. cit., p. 66.

44 Ibid., p. 48-52.

45 Ibid., p. 48.

46 Pour le passage que nous nous apprêtons à commenter, v. ibid., p. 48 (le jonc, la fleur de tamaris, les pousses dans le désert et les jardins de Damas), p. 50 (soleil, lune, étoile, laurier, rose, lys, pierre précieuse…), p. 52 (le palmier et les dattes). Mais tous les exemples de lettres sont truffés de telles expressions métaphoriques (ou « transomptives »).

47 Il faut farcir ses lettres de « iocunde transumtiones et proverbia, de quibus possit multiplex intellectus haberi, quia non modicum faciunt amantium animos gratulari » (p. 48). Une digression : que peut bien être ici un proverbium ? Ne faut-il pas entendre étymologiquement « mot à la place d’un autre » ? On ne rencontre pas le terme dans la Rhetorica novissima, mais, dans la Vulgate, on désigne ainsi les paraboles et les énigmes : par ex. Jn 10, 6, « hoc proverbium » est la parabole du pasteur que les Pharisiens ne comprennent pas ; Jn 16, 25 : « in proverbiis », trad. fr. « en figures » (La Sainte Bible, traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, Cerf-Desclée de Brouwer, 1955), it. « in similitudini » (La Bibbia, nuovissima versione dai testi originali, Edizioni Paoline, 1986) ; Jn 16, 29, fr. « figure », it. « figura » ; et v. J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis Lexicon minus, consultable sur le site http://linguaeterna.com/medlat/ : proverbium: *parabole, énigme, comparaison.

48 Cela apparaît plus nettement encore dans la Rhetorica novissima IX 3, 14, éd. cit., p. 285 : « Omnes vero transumentium et trasumptionum diversitates nemo scire valeret, quia universe nationes orbis, terrarum continentia et contenta, rerum genera et species secundum linguarum et volupatatum varietates transumunt, nec excludi posset aliquis vel aliqua homo vivens, qui vel que transumpte non loquatur, postquam incipit rationem et intellectum habere. Insuper omnis allegoria, tropologia, moralitas, metaphora et quelibet locutio figurata transumtiones possunt et debent merito nominari, quia omnis, qui unum ponit et aliud intelligit, sine omni dubitatione transumit. »

49 Rota, éd. cit., p. 48, p. 50. Le titre du § transcrit à la note précédente était « Quomodo nemo scire posset omnes diversitates transumentium ».

50 En effet, « Transumptio est positio unius dictionis pro altera, que quandoque ad laudem quandoque ad vituperium rei transumpte redundat » (ibid., p. 50, où l’on voit donc que le sens déborde ; souligné par moi) ; « ad laudem, ad vituperium » : l’origine de la transumptio, sa cause finale, est donc à rechercher du côté de l’épidictique – comme la descriptio, du reste, selon les artes versificatoriae (cf. Matthieu de Vendôme, Ars versificatoria § 59, Les Arts poétiques…, cit., p. 132).

51 « Et est notandum quod omnis transumptio est largo modo similitudo ; set non convertitur. Ceterum dictator ita debet esse providus in transumendo, ut semper fiat quedam similitudo vocis vel effectus in transumptione » (ibid. ; Boncompagno donne un exemple pour éclairer ce qu’il entend par similitudo dans la deuxième phrase : on ne peut pas « transumere » la dame en chêne, car les fruits du chêne – l’« effectus » : cf. Rhetorica novissima IX 2, 8, 15, 16, éd. cit., p. 281-283 –, les glands qui métaphorisent alors la jouissance de l’amour, sont aliments pour les cochons ; sur l’« ineptitudo transumendi », v. aussi Rhetorica novissima IX 2, 12, p. 283 ; ainsi que tous les exemples de IX 2, 16, ibid.) ; cette acception de la similitudo, relevant de l’elocutio plus que de l’inventio (une idée proche dans la Rhetorica ad Herennium IV 61), est à rapprocher de decor, tel qu’il apparaît incidemment dans la Rhetorica novissima IX 2, 6, p. 281 (« Quid transumptio conferat utilitatis ») : « Evidens est utilitas transumendi, quia vilis et nudus est tractatus, quem in aliqua parte transumptio non exornat. Transumptiones enim possunt gemmis pretiosis probabiliter similari, que auro vel argento ad decorem operum per manus providi artificis inseruntur. » (c’est nous qui soulignons).

52 « sub quodam verborum velamine vigor amoris intenditur et amabile suscipit incrementum » (Rota, éd. cit., p. 50).

53 Pour une vue d’ensemble et une mise en perspective (avec pour point de mire les techniques d’écriture de l’ars dictaminis telle que pratiquée par Pierre de la Vigne), v. Benoît Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (XIIIe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 2008, p. 174-222 (consultable en ligne à l’adresse suivante : http://books.openedition.org/efr/489 ; et pour une comparaison avec Alain de Lille, Theologice regule XXVI, et Bene da Firenze, Candelabrum VI 36, voir les citations du tableau 10, p. 176-177. Voir aussi, avec pour point de fuite cette fois Dante, Peter Dronke, Dante and Medieval Latin Traditions, Cambridge, Cambridge University Presse, 1986, éd. it. Dante e le tradizioni latine medievali, trad. Marco Graziosi, Bologna, Il Mulino, 1990, p. 33-44 ; Marco Ariani, I « metaphorismi » di Dante, in La metafora in Dante, a cura di M. Ariani, Firenze, Olschki, 2009, p. 29 sq. ; Elisa Brilli, « La metafora nel Medioevo. Stato dell’arte e qualche domanda », Bollettino di italianistica, VII-2 (2010), p. 195-213, part. p. 210-212.

54 Rota, éd. cit., p. 52.

55 C’est tout le chapitre IX 2 qui traite « De transumptionibus ». V. les indications bibliographiques de la n. 53 ci-dessus.

56 Cf. Rhetorica novissima IX 2, 1, p. 281 « Quid sit transumptio » : « Transumptio est mater omnium adornationum, que non desinit dicendorum genera circuire. »

57 Cf. Pierre Fontanier, Les Figures du discours [1821-1830], Paris, Flammarion, 1977, p. 490-493.

58 Rhetorica novissima IX 2, 1, p. 281 : « Vel transumptio est quedam imago loquendi, in qua unum ponitur et reliquum intelligitur. […] Vel transumptio est positio unius dictionis vel orationis pro altera, que quandoque ad laudem, quandoque ad vituperium rei transumpte redundat » (souligné par nous). ; v. aussi IX 2, 3, ibid. : « Manifestum est enim vel esse debet quare transumptio fuerit inventa. Nam cum aliquis intendit aliquem vel aliquam vel aliquid commendare vel vituperare, non satisfecit anime desiderio, si dicat bonus vel malus est, aut peior vel pessimus, aut bona vel mala, peior vel pessima; unde propter inenarrabilem mentis affectum illum vel illam vel illud in aliam rem nititur transmutare, que ad nimiam exaltationem vel depressionem pertinere noscatur. »

59 Rhetorica novissima IX 2, 1, ibid. : « Vel transumptio est quoddam naturale velamen, sub quo rerum secreta occultius et secretius proferuntur » (c’est nous qui soulignons).

60 « Per manifestam similitudinem fit transumptio, quando in locutione ponitur adverbium similitudinis, ut “Sanctitudines florebunt, sicut lilium et sicut balsami erunt ante te”. Verumtamen ubi veri similitudo intervenit, non dicitur proprie transumptio, sed quedam species transumptionis. Similiter ubicumque ponitur dictio demonstrative, non dicitur esse proprie transumptio, ut “ecce lupum” vel “iste est vulpes ”, quoniam ex vi demonstrationis velamen sine dubio removetur » (IX 2, 10, p. 282 ; souligné par nous).

61 Ainsi des parties honteuses, des fonctions corporelles basses en IX 2, 11, p. 282-283 : « Scientie naturalis [où l’on retrouve la notion de « naturel »] inquisitores verba significantia turpitudinem curialiter transumunt et sub velamine cautele occultant. » (souligné par nous) ; et de l’expression des appétits charnels (IX 2, 18, 20, p. 284).

62 « Unde propter inenarrabilem mentis affectum illum vel illam vel illud in aliam rem nititur transmutare […] » (cf. n. 58 ci-dessus).

63 Cf. notes 59 et 61.

64 Cf. Du Cange et al., Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, Niort, L. Favre, 1883-1887, ad vocem (consultable en ligne à l’adresse : http://ducange.enc.sorbonne.fr/.

65 Rhetorica novissima IX 2, 1, éd. cit., p. 281 : « […] transumptio est transmutatio locutionum, que semper intellectum imaginarium representat. » ; et IX 2, 2, ibid. (« Unde dicatur ») : « Transumptio dicitur a transumo transumis et dicitur transumere, idest transponere, significationem vel partem significationis unius dictionis vel orationis in alteram. Vel dicitur transumere, idest transumutare significationem dictionis in aliam dictionem vel orationis in aliam orationem secundum imaginarium intellectum. »

66 IX 2, 5, ibid. : à propos des commandements divins eux-mêmes, « Illa quippe transumptio [le « lignum Paradisi »] diversas opiniones induxit » ; et, en conclusion du paragraphe : « Ex eo nimirum de transumptis opiniones diversimode oriuntur, quia omnis transumptio frequentius obscurum in se continet intellectum. »

67 IX 2, 4, ibid. : « In terrestri Paradiso, in quo Deus hominem ad imaginem et similitudinem suam formavit, transumptio sine dubio fuit inventa. »; et IX 2, 5, ibid. : « Primus inventor fuit ipse Plasmator, qui protoplausto precepit, dicens [...] »

68 Ibid. : « Evidens est utilitas transumendi, quia vilis et nudus est tractatus, quem in aliqua parte transumptio non exornat. Transumptiones enim possunt gemmis pretiosis probabiliter similari, que auro vel argento ad decorem operum per manus providi artificis inseruntur. Et ut breviter comprehendam, nulla oratio est vel esse potest absque suffragio transumptionis iocunda. »

69 Cf. le prologue de IX 1, p. 280 (« De adornationibus ») : « Ea, que serenant et clarificant dictamina oratorum, merito debent adornationes vel colores ab omnibus appellari, quia discolorata est oratio, quam adornatio aliqua non colorat. Videmus enim, quod celum est planetis et signis mirabiliter adornatum. Item omnes communes materie vel private sine adornatione vilescunt. Adornantur thalami, arma et parietes dipinguntur, colorantur panni, lapides sculpuntur et ligna, deaurantur metalla, poliuntur equi, mulierum facies dealbantur et quicquid pertinet ad honorem aliquem requirit ornatum. Nimirum ipsa natura lapides pretiosos, herbas, arbores, coloribus diversis adornat. Unde nobis prebet necessaria documenta, ut nostrarum orationum seriem mirifice adornemus. » (souligné par nous)

70 IX 2, 3, p. 283 : « […] transumptiones fiunt de omnibus rebus, que in mundiali machina continentur, non sine probabili motu nature. » Jusqu’à l’alchimie, du reste, est une sorte de transumptio (IX 2, 19, p. 284).

71 IX 2, 14, p. 283 (« Quod transumptum aliquando transumatur ») : « Deus transumitur in agnum et agnus in pascha.  Prelati enim transumuntur in pastores, pastores in predicatores, predicatores in boves, et etiam in mercenarios atque canes.  Populus namque transumitur in ecclesiam, et ecclesia in vineam… »

72 IX 2, 9, p. 282: « Per occultam similitudinem transumpsit Dominus panem in corpus suum. Panis cum carne habere similitudinem non videtur, sed vinum aliquam habet similitudinem cum sanguine. […] Item populum Israeliticum et etiam ecclesiam in vineam suam transumpsit, in quibus non est similitudo apparens. » (souligné par nous)

73 IX 2, 3, p. 281 : « Anima etiam sepe transumit, quia dormientibus pericula vel commoda futura per diversas et contrarias imaginationes ostendit. Unde plurimi dormiendo terrentur et aliqui non modicum gloriantur. Huiusmodi namque somnia mortales arbitrabiliter interpretari [seule occurrence du verbe] laborant, quoniam unusquisque appetit videri, quod non est in interpretationibus somniorum, ut credatur fore similis Ioseph, qui fuit interpretatus somnium Pharaonis. »

74 IX 2, 16, p. 283 ; voici le passage presque entier, afin que l’on saisisse bien que l’opération de transumptio concerne aussi bien le tout de la descriptio que les parties descriptae : « Mulier speciosa transumitur in deam, Venerem, Palladem et Iunonem ; in solem, lunam et stellam; imperatricem, reginam ; in lamiam, in balsamum, ambram, muscum et manna. Transumitur etiam in palmam, laurum, Libanum cedrum, olivam et pinum; item in columbam et turturem ; item in gemmam pretiosam, margaritam, lilium, rosam, violam, florem et mandragoram, et quandoque in antiquas et famosas dominas, ut in Helenam et Isoctam. Amplius capilli transumuntur in aurum contortum, oculi in stellas, dentes in ebora, supercilia in cardines gemmatos, pectus vero transumitur in hortulum odoramentorum, et corpus in pomerium florigerum seu pratum amenum. Mamille transumuntur in poma Paradisi, vel globos rosarum ; brachia in ramos Libani, crura et coxe in cristallinas columnas. Membrum autem pudibundum transumitur in ianuam Paradisi, in anulum aureum, et apothecam desiderabilium specierum. » Pour ce qui est d’Hélène et d’Yseut, voir notamment Maffia Scariati, « La “descriptio puellae” dalla tradizione mediolatina a quella umanistica: Elena, Isotta e le altre », in A scuola con ser Brunetto. Indagini sulla ricezione di Brunetto Latini dal Medioevo al Rinascimento, Atti del convegno internazionale di studi, Università di Basilea, 8-10 giugno 2006, a cura di Irene Maffia Scariati, Firenze, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2008, p. 437-490.

75 Cf. IX 2, 20, p. 284 (« De cavillosis et subdolis transumptionibus ») : « Mulieres quadam fictitia dolositate mirabiles faciunt transumptiones, et nihil est in actibus amoris, quod per vocem vel gestum non transumunt. »

76 Cf. IX 2, 23, ibid. – le passage est cité à la note 41 ci-dessus.

77 Cf. IX 2, 21, ibid. : « Item transumunt se ipsos in alios per voces et modos loquendi, gestus corporum, habitus, motus et actus. »

78 Cf. le passage cité à la note 1.

79 « Transmisi vobis violas, nunc autem fasciculum destino rosarum, quoniam amicitie vestre superlativis laudibus conveniunt flores, fructus et frondes. Recessit enim aquilo, veniat igitur auster, intret ortum meum et faciat illius aromata suis flatibus redolere. » (ibid., p. 74-76).

80 Ibid., p. 76.

81 Ibid., p. 66-68 (le voile signifie « mortalité », p. 70 ; et rappelons le passage déjà cité sur les artifices cosmétiques, p. 74). Nous pourrions prolonger toute cette réflexion à la lumière des thèses formulées par Emanuele Coccia dans La vita sensibile, Bologna, Il Mulino, 2011, en particulier les derniers chapitres (XXVI-XXXII) : pour esquisser le propos possible, à travers un découpage de citations qui reste quelque peu arbitraire (sinon que la théorie de l’image, des species dans laquelle la réflexion de Coccia plonge ses racines, est médiévale), « Una veste è innanzitutto un corpo » (p. 175) et « La veste non si oppone al corpo : è solo un secondo corpo, o un corpo minore […] La veste è un corpo che vive solo come immagine e che trasforma il nostro stesso corpo anatomico in un medio […] È un corpo nel quale non siamo altro che immagine, mero sensibile » (p. 187). Et, pour finir avec ces échantillons : « Sogno, pelle, moda e disegno, tatuaggio, esperienza, linguaggio o riproduzione biologica [refaisant le geste de la création divine, par lequel nous faisons transumptio de nous-mêmes] : v’è un legame tra vita e immagini che supera il fatto della conoscenza […] L’immagine riesce a catturare il reale (che questo sia psichico o oggettuale) e a trasformarlo in qualcosa capace di esistere oltre se stesso, di là dalla propria natura e dalla propria individualità ; essa lo moltiplica e lo rende infinitamente appropriabile. » (p. 197).

82 Cf. Rota, éd. cit., p. 86-88.

83 Ibid., p. 78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Guérin, « La voie rhétorique vers le corps : narratio, descriptio, gestus et transumptio dans la Rota Veneris de Boncompagno da Signa », Arzanà [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://arzana.revues.org/1002 ; DOI : 10.4000/arzana.1002

Haut de page

Droits d’auteur

Presses Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org